AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La fille de la Mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Psychopathe Schizophrène

Messages : 513
Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 16
Localisation : Sur internet non ?
Personnages préférés : Break, Cheshire, Echo et Noise
Phrase du jour : Pouic Pouic


Carte d'identité
Chain: Dledum
Pouvoir: Elle peut contrôlée n'importe qui grâce à ses fils !


MessageSujet: La fille de la Mort   Mar 11 Nov - 17:52

La fille de la Mort



Après m'être suicidé, je me réveille dans une chambre qui m'est inconnue et dans un corps étranger. Je suis devenu l'un des serviteurs de Dieu, plus précisément, un Mercenaire de la Mort.
Mon rôle : Retrouver et tuer la fille de la Mort, la personne responsable de tous ces événements étranges.

Attention : Si vous êtes sensible à la mort et à la souffrance psychologique, cette histoire vous est déconseillée.

NDA:
 


Dernière édition par Echo/Noise Baskerville le Mer 12 Nov - 17:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Psychopathe Schizophrène

Messages : 513
Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 16
Localisation : Sur internet non ?
Personnages préférés : Break, Cheshire, Echo et Noise
Phrase du jour : Pouic Pouic


Carte d'identité
Chain: Dledum
Pouvoir: Elle peut contrôlée n'importe qui grâce à ses fils !


MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Mar 11 Nov - 17:59

- 00 -

Où suis-je ? Que m'est-il arrivé ? Que s'est-il passé ?
Si, je me souviens, je regardais les informations... Ils parlaient du nombre de suicides qui avait augmenté en quelques jours... Ils avaient aussi dit que des milliers de cadavres étaient volés chaque jours dans les tombes...

Tout ceci m'avait fait réfléchir sur ma propre vie... Qu'était-elle ? A quoi servais-je dans ce monde triste ?

Pourquoi étais-je né ?

Je m'étais suicidé après avoir découvert que ma vie ne comptait pour personne, qu'on ne me voyait pas, que je n'étais qu'un corps sans âme... J'étais descendu dans la cuisine, et je me suis planté le couteau dans le crâne après avoir remplie une carte de donneur d'organes.

Ma vie aura enfin servie...

Mais alors, si je me suis suicidé... Je suis mort ? Je suis dans l'au-delà ? Pourquoi ai-je mal à la tête alors ? Je ne devrais pas ressentir de douleur... Et ce bruit criard résonnant des milliers de fois à l'intérieur de mon crâne endolori, augmentant sa douleur.

Instinctivement je portai ma main à la source de la nuisance et un petit clic retentit après que j'ai appuyé sur un petit bouton. Je me levai pour voir une chambre aux murs blancs et gris clairs, j'étais couché dans un lit, ma main sur le réveil de la table de chevet.

Ma vie commença à ce moment .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Psychopathe Schizophrène

Messages : 513
Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 16
Localisation : Sur internet non ?
Personnages préférés : Break, Cheshire, Echo et Noise
Phrase du jour : Pouic Pouic


Carte d'identité
Chain: Dledum
Pouvoir: Elle peut contrôlée n'importe qui grâce à ses fils !


MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Mar 11 Nov - 18:02

- 01 -

Je me levai en regardant l'endroit où je me retrouvai. Cette chambre était sobre et on dirait qu'aucune personne n'y avait vécue à cause du manque flagrant d'effets personnels. Je traversai la chambre, posai ma main sur la poignée argentée avant de me raviser. Je retournai sur mes pas et m'arrêtai devant le miroir au cadre blanc.

- Mais c'est quoi ce foutoir ? murmurai-je en posant mes doigts sur le verre glacé

Je voyais dans la glace, un homme d'un peu près 1 mètre 80, sa peau était blanche, blafarde, des cheveux bruns-roux corbeaux tombaient devant de grands yeux châtains. La chevelure s'arrêtait au début de la nuque.

- Qui suis-je ? demandai-je à moi-même

Normalement je suis un blond aux yeux bleus, assez petit mais par contre j'avais le même teint.
Quelqu'un toqua à la porte, instinctivement je répondis qu'elle pouvait entrer, la porte s'ouvrit et une femme aux longs cheveux raides et blonds entra, elle portait un tailleur noir et sont visage était neutre.

- Cameron, vous allez être en retard, dit-elle neutrement
- Mais mon nom n'est pas Cameron, dis-je surpris
- Ce n'est pas le vôtre, mais celui de ce corps, répondit-elle
- En retard pour quoi ?
- Pour les cours bien sûr. Vous étiez lycéen.
- Que m'arrive-t-il ? Comment ça j'étais lycéen ?
- Je ne peux vous répondre, mais vos réponses arriverons bien assez tôt. Maintenant préparez-vous Cameron Ritelt, vous trouverez vos vêtements dans l'armoire, termina-t-elle en sortant et refermant la porte

Je décidai qu'il valait mieux écouter cette femme, je me dirigeai vers l'armoire et pris la seule chose qui s'offrait à moi : un uniforme. J'enfilai le pantalon beige, boutonnai la chemise blanche, après avoir mis la cravate rouge et la veste de la même couleur que le bas, je retournai devant le miroir.

- Les uniformes ne me vont décidément pas, même si je change de corps..., soupirai-je désespéré

Je sortis en regardant le long couloir blanc du sol au plafond et sans aucune fenêtres qui s'offrait à moi. Je l'empruntai et au bout deux issus me faisaient face : tout droit et à gauche, aucun panneau indicatif.

- Bon et bien... Je fais comment maintenant ? parlai-je seul
- Je pourrais t'aider, fit une voix féminine près de moi
- Vous pourriez ? me réjouis-je en me tournant vers elle

C'était une jeune fille assez petite, adossée au mur le plus proche, des cheveux légèrement ondulés, détachés et blonds, ses yeux bleus comme un lapis lazuli fixaient une pièce qu'elle roulait entre ses doigts fins. L'uniforme féminin lui allait à merveille. Elle lança la pièce, la rattrapa au vol et se retourna vers moi le visage dur.

- Je t'aiderais que si tu me tutoies car c'est dégradant, j'ai l'impression d'être vieille, et que tu me dises ton nom, dit-elle en remettant sa mèche rebelle à sa place
- On m'a dit que je m'appelais Cameron ici. Que c'était celui de ce corps, maintenant tu m'aides ?

Elle montra le chemin de gauche du doigt, je pris la direction montrée en laissant mon indicatrice en plan au milieu du couloir. Elle me rattrapa et marcha près de moi en balançant ses mains derrière son dos.

- Tu ne me demandes pas mon nom ? demanda-t-elle en se plaçant devant moi et marchant en arrière
- Je ne vois pas l'utilité de te le demander, répondis-je
- Tu ne te poses pas de questions sur cet endroit ? Ni pourquoi tu t'es retrouvé dans un lit alors que tu t'étais suicidé ? continua-t-elle
- Non, car je sais que tu ne me répondras pas ou que ce ne sera pas ce que je désire.
- Je me nomme Lacky, et tu as raison, tu n'auras aucune réponses de ma part, dit-elle en se retournant

Le chemin continua en silence dans cet interminable couloir blanc, tellement blanc que s'en était stressant, enfermé derrière quatre murs, sans fenêtre, je me sentais emprisonné à jamais. Un sentiment de claustrophobie naquit en moi.
La blonde s'arrêta devant le mur et s'approcha, je remarquai un renfoncement du mur circulaire de la taille d'une balle de tennis. La jeune fille tendit son index et appuya à l'intérieur du renfoncement. Une ouverture apparue après s'être dessinée. Lacky entra et je la suivis, et je terminai... Dans une salle blanche sans odeur avec des tables et chaises immaculées. Je cru devenir fou. Il y avait d'autres élèves dans cette pièce qui nous regardaient entrer comme si on débarquait de Mars. Ma guide me fit signe de m'installer à une table et je m'assis à celle la plus proche. Elle posa ses coudes dessus et me regarda dans les yeux. Elle me prit les joues et m'embrassa. Elle se retira légèrement et glissa ses lèvres à mon oreille avant de chuchoter au creux de celle-ci :

- Je serais ton alliée mais aussi la source de tous tes problèmes futurs et présents...

Elle s'en alla en souriant et me montrant le fond de la salle, je regardai derrière moi et vis les garçons qu'il y avait me regarder méchamment et quelques-uns craquaient leurs doigts. Je soupirai bruyamment en les voyant approcher et me retournai.

Elle m'a embrassée juste pour me causer des problèmes...

Je jetai un coup d’œil sur ma gauche pour voir Lacky à deux tables de moi, quand elle remarqua que je la regardai, elle me sourit et me fit un petit coucou de la main. Je lui tirai mollement la langue avant de regarder le grand noir chauve qui était venu à ma rencontre.

- Toi le nouveau, touche pas à Lacky, m'ordonna-t-il menaçant
- Sinon quoi ? répondis-je lassé de cet réplique digne des pires films
- Sinon je t'éclate la gueule, continua-t-il en serrant le poing

Je fis un petit bruit de moquerie qui ne dut pas lui plaire car je me reçu son poing en plein dans le nez, je m'écroulai au sol et me relevai, remis debout la chaise et me rassis sans rien dire. Mon nez chauffait, je portai ma main et en la regardant après je vis du sang. Mon regard fut attiré par des lettres qui s'inscrivaient sur le mur comme par magie. Elles étaient noires pour mettre un peu de couleur ! (Je préviens que cette phrase était purement ironique)

Pour changer de ses habitudes, mademoiselle Lacky a encore envoyé un nouveau à l'infirmerie, écrivit le mur, Que quelqu'un l'emmène.
- J'y vais, se désigna une fille à lunettes et au chignon brun serré
- Non, je vais l'emmener, dit la blonde en se levant et me prenant par la main

Elle me tira hors de la salle, des gouttes sang tombèrent sur le sol ce qui me réjouis.

- Pourquoi ce sourire béat sur ton visage ? me demanda Lacky
- J'ai coloré le sol, enfin..., dis-je en élargissant mon sourire
- Dis donc, tu viens d'arriver et tu en as déjà marre de ce bâtiment sans couleur ni bruits et odeurs, qu'est-ce que ça va être pendant un mois...
- Un mois ? Ah oui, jusqu'à la fin de l'année scolaire ?
- Oui. Au fait, mon nom c'est Zerico.
- C'est pas Lacky ? demandai-je ne comprenant rien
- Bah si, mais tu es idiot finalement ? Je suis Lacky Zerico. Crétin.
- Oh, ton nom de famille..., compris-je en faisant une tête d'idiot

Je sentis le regard pesant de la blonde sur moi. Je tournai ma tête et la détaillai son visage fin, ses lèvres ni trop minces ni trop pleines, ses yeux en amandes avec ses longs cils.

- Ton regard me gêne, fit-elle en tournant la tête et rougissant
- Je suis encore un garçon je crois, je ne peux pas rester indifférent devant une si jolie fille, avouai-je en souriant
- Sinon, tu ne t'es pas posé une question lorsqu'une écriture est apparue sur le mur ?
- Non, je m'en fiche, mais par contre j'ai remarqué que tu m'as causée des problèmes. Tu es toujours comme ça avec les nouveaux ?
- Je n'embrasse que les garçons, je préviens. Sinon oui, c'est mon rituel de les guider et des les embrasser juste après. Mais tu es le premier à qui je dis que je te poserais des problèmes et... aussi le premier que j'emmène à l'infirmerie. Heureux ?
- Pourquoi ai-je le droit à un traitement de faveur ? Et non, je m'en fiche.
- Tu te fiches de tout, soupira-t-elle, Je ne sais pas, j'ai l'impression que tu es différent, que tu me protégeras, et puis mince, tu crois que je peux tout expliquer ? s'énerva-t-elle gentiment

Lacky ouvrit une ouverture dans le mur elle me traîna à l'intérieur. Dans l'intérieur toujours blanc et sans fenêtres, au milieu de la pièce, une femme aux longs et raides cheveux roux et habillée d'un tailleur était debout comme une statue.

- Bonjour Cameron, bonjour Lacky. On m'a prévenue de la situation, installez-vous, offrit-elle
- Bonjour Miss R, salua la blonde
- Bonjour madame, saluai-je à mon tour

La jeune fille étant la cause de mes problèmes m'installa sur le lit blanc délicatement. La femme en tailleur noir commença à nettoyer le sang qui était collé au niveau de mes narines puis examina la blessure.

- Il est cassé, déclara-t-elle neutrement
- Va falloir que j'aille à l'hôpital, me plaignais-je
- Non, je vais le réparer, continua-t-elle
- Comment ? m'inquiétai-je
- Comme ça.

Elle prit mon nez entre ses doigts qui étaient gelés et le remis en place avec une force que j'aurais cru inimaginable d'elle. Je poussai un cri de douleur avant de rester en silence et la laissant éponger tout le sang de mon nez à coup de cotons-tiges. Elle remplit un verre en plastique d'eau et me le donna avec deux cachets.

- Merci, remerciai-je en les avalant et buvant l'eau d'un trait
- Bon et bien maintenant nous allons retourner en cours, merci Miss R, fit Lacky en m'attrapant la main

Elle me tira dans le couloir et après cinq minutes de marche, je m'écroulai contre le mur. Sous le regard amusé de la lycéenne. Elle s'approcha de moi en souriant.

- Il y avait quoi dans ces pilules ? demandai-je fatigué
- C'est un calmant. Mais ils sont trop puissants, rigola-t-elle
- C'est vrai, mais au moins j'ai plus mal au crâne.
- Je vais t'aider, termina Lacky en passant mon bras par dessus ses épaules

Nous terminâmes le chemin comme ceci avec la blonde comme appui, mais je me tenais tout de même au mur pour ne pas lui faire trop de poids. Nous arrivâmes juste devant le renfoncement mural, j'arrêtai la main de la blonde qui allait appuyée, elle me regarda droit dans les yeux.


Dernière édition par Echo/Noise Baskerville le Mar 11 Nov - 23:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Psychopathe Schizophrène

Messages : 513
Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 16
Localisation : Sur internet non ?
Personnages préférés : Break, Cheshire, Echo et Noise
Phrase du jour : Pouic Pouic


Carte d'identité
Chain: Dledum
Pouvoir: Elle peut contrôlée n'importe qui grâce à ses fils !


MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Mar 11 Nov - 18:06

- 02 -

Elle me fixa avant de lâcher :

- Qu'y a-t-il ?
- Cette fois tu ne m'embrasseras pas ? demandai-je avec une petite pointe d'inquiétude, Car là j'ai pas envie qu'on me remette mon nez.
- Non, ne t'inquiète pas, s'esclaffa-t-elle

Elle appuya et l'ouverture se découpa dans le mur. Nous rentrâmes et elle m'aida à m'asseoir sous les regards noirs m'étant adressé de la part des garçons. Le mur écrivit :

Bon retour parmi nous Cameron, je suis Murolys, tu pourrais dire que je suis une I.A*, comme dans les jeux. Et pour me répondre tu parles normalement.
- Ok, répondis-je en appuyant ma tête sur ma paume
Que lui ait-il arrivé ?
- Calmant, répondit seulement Lacky en gloussant
Il va falloir que Dris dise aux Miss que leurs calmants sont trop forts.

Je crus entendre soupirer le mur juste après cette phrase. Le cours qui était un cours de français classique, se passa rapidement pour moi, car je m'étais endormi entre-deux. Lacky m'avait secoué à la fin pour me réveiller, elle me traînait partout dans les couloirs blancs et sans fenêtres. Elle m'ordonna de m'asseoir sur une chaise blanche, devant une table pour deux blanches, au milieu d'une salle blanche et sans fenêtres !

Un jour je vais les percer ces fenêtres... Il ne me reste plus qu'un mois. Mais pourquoi suis-je ici ? Pourquoi dois-je rester ici ? Pourquoi est-ce que je reste avec cette fille que je ne connais que de nom ? Tant de questions sans réponses... Je ne veux pas vivre...

Je remarquai que la blonde assise devant moi attendait quelque chose avec impatience. Quelques minutes plus tard, une femme aux courts cheveux raides et noirs comme la nuit arriva avec une plateau sur lequel était posé des dizaines de cartes de restaurant. L'habit de la femme était noir avec un tablier blanc et une tiare de servante de la même couleur.

- Bonjour Serveuse N, comment allez-vous ? fit la lycéenne avec un grand sourire
- Je vais très bien, et vous Lacky ? s'enquit la serveuse
- Bien, mais je meurs de faim...
- Faîtes votre choix et je reviendrais dans quelques minutes, dit-elle en posant une carte blanche à l'écriture noire devant chacun de nous et repartant vers la prochaine table
- Merci, sourit la blonde, Cameron, ces cartes sont tactiles, comme des tablettes, ça n'affiche que des pays, tu cliques sur celui de ton choix et les plats typiques de ce pays défileront devant tes yeux.
- D'accord, c'est simple quoi.

Je touchai le nom France pour qu'ensuite une suite de plats s'affiche, sans aucune envie de tous ces mets, je retournai en arrière et partis pour l'Italie, je choisis ensuite la pizza, plat simple et nourissant. La femme revint très rapidement avec un calepin dans les mains.

- Avez-vous fait votre choix ? demanda-t-elle avec le stylo dans la main
- Oui, Je vais prendre du poulet au curry, commanda la jeune fille en rendant sa carte
- Bien Lacky, et vous Cameron ?
- Une pizza quatre fromages, dis-je en tendant la mienne
- Bien, je vous propose de patienter avec ceci, offrit la Serveuse N en posant un bol de cacahuètes et noix de cajou devant nous

Nous la remerciâmes et elle partit en direction de ce qui devait être les cuisines.

- Dis, comment t'es-tu suicidé ? demanda tout d'un coup la blonde
- Comment sais-tu que je me suis suicidé ? dis-je surpris
- Tout ceux qui sont ici se sont suicidés, avoua-t-elle tristement
- Merci du renseignement, je me suis planté un couteau dans le crâne, c'est le plus efficace, l'informai-je sans aucune émotion dans la voix
- C'est sûr que c'est efficace. Moi je me suis tranchée les veines.

J'hochai la tête pour je ne sais quelle raison mais ne pus rien ajouter car nos plats arrivèrent. La serveuse partit sans dire une mot, je commençai à découper et manger cette pâte fine recouverte de fromage fondant. Après que mon repas se soit un peu refroidit je pris une part dans mes mains et croqua dedans, je voulus la reposer et un long fil de fromage s'étira, me faisant glousser comme un gamin. Je le cassais avec mon doigt avant de le manger.

- On dirait un enfant, fit la lycéenne en avalant une fourchette de riz
- On me l'a déjà dit, mais je m'en fiche, répondis-je avec un sourire niais
- Dis, y a-t-il quelque chose dont tu ne te fiches pas ?
- Non, rien, niet, nada, nothing.
- Je me disais aussi, dit-elle perplexe

Je pris une bouchée de pizza et la machai lentement en fixant la jeune fille aux yeux lapis lazuli.

- Lacky... Pourquoi restes-tu avec moi ? demandai-je la prenant de court
- Je t'ai dit, je ne peux pas l'expliquer, pourquoi cette question ?
- Je ne sais pas, peut-être parce que tu es l'idole de ce bâtiment dont je ne connais rien et que tu t'intéresses au nouveau qui s'est suicidé pour rien ?

Elle tréssaillit dès que j'eus prononcé les derniers mots. Elle baissa la tête et se mordit la lèvre inférieure, une larme glissa lentement sur sa joue pâle. Elle essuya ses yeux avec sa manche avant de partir en courant, pleurant dans ses mains.
Je sentis les regards meurtriers frapper mon dos. La serveuse N arriva lentement avec un tupéroir dans la main, elle vida le reste de l'assiette à Lacky dans celui-ci et me le tendit, je le prit et demanda à la femme :

- Où est-elle allée ?
- Elle a l'habitude d'aller dans le jardin intérieur, répondit-elle avec une neutralité déconcertante
- Comment y allons-nous s'il vous plait ?
- Vous voyez l'infirmerie, et bien vous continuez tout droit et vous arrivez, expliqua-t-elle
- Merci, remerciai-je en partant à la poursuite de Lacky

Je traversai le long, très long couloir immaculé. Je remarquai que le sang que j'avais fait couler un peu plus tôt, avait totalement disparu.

Que lui ai-je dit pour la mettre dans cet état ? Je ne suis qu'un idiot qui fait pleurer celle qui l'a accueilli à bras ouverts...

Je me mis à courrir avant d'arriver à un cul-de-sac. Je cherchai le renfoncement mural mais ne le trouvai pas, j'appuyai sur le mur et fermai les yeux.

- Sésame, ouvres-toi, dis-je comme un idiot

Une ouverture se forma et je vis juste derrière le passage, la blonde avec le visage noyé de larmes, elle me regardait durement mais tristement.

- Idiot, ça marche pas comme ça, il faut juste donner un coup de pied dans le mur, dit-elle
- Je ne savais pas, je suis nouveau. En tous cas je voulais te dire que...
- Tu es désolé ? Il n'y a pas de quoi être désolé, c'est moi qui ai pleuré pour un rien.
- Mais...
- Viens ! s'exclama-t-elle en me prenant la main et me tirant à l'intérieur

Je fus émerveillé par la beauté qui s'offrait à moi. Comparée au reste de ce bâtiment, cette gigantesque pièce était percée de grandes fenêtres laissant passer les rayons chaleureux du soleil. Des plantes de toutes les sortes s'épanouissaient, une grande fontaine crachait des jets d'eau cristalline. La lycéenne blonde me tira doucement jusqu'à un banc de pierres blanches. Une belle fragrance florale flottait dans l'air, l'embaumant délicatement.

- C'est... Magnifique..., dis-je subjugué
- Oui... C'est pour ça que j'aime être ici, avoua-t-elle
- Lacky... Je ne sais pas ce qui t'a mise dans cette état, mais je suis sincérement désolé, m'excusai-je ne me tournant vers elle
- Ce n'est... Rien, ça m'a juste rappelée les conditions de ma mort...
- Comment ça ?
- Je vais te raconter si tu veux, sourit la blonde, C'est ça qui m'a tuée, dit-elle tandis que ses yeux se voilaient de colère


Lexique:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Psychopathe Schizophrène

Messages : 513
Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 16
Localisation : Sur internet non ?
Personnages préférés : Break, Cheshire, Echo et Noise
Phrase du jour : Pouic Pouic


Carte d'identité
Chain: Dledum
Pouvoir: Elle peut contrôlée n'importe qui grâce à ses fils !


MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Mar 11 Nov - 18:11

- 03 -

- Ça ? répétai-je
- Oui, cette fille qui tue tous ceux qui voient leurs regards...
- Qui est-elle ? demandai-je attentif
- Chut, laisse moi raconter, tu auras toute tes réponses.
- D'accord, je t'écoute.
- Je m'appelle Carla Theybock, j'habite dans le Texas en Amérique. Ma famille n'est ni riche ni pauvre, nous sommes de classe moyenne. J'ai un grand frère et une grande sœur qui m'aiment, idem pour mes parents, je suis aimée de ma famille. Je ne suis pas spécialement jolie avec mes cheveux roux un peu terne et mes yeux bruns, mais je ne suis pas moche non plus. Tous les jours je pars au lycée à pieds avec mes amies. Je ne suis pas la plus intelligente, ni la plus idiote, pas la plus sportive. Je suis typique la fille banale. Mais il y a quelque chose de différent par rapport aux autres : Je ne suis pas spécialement intéressée par les garçons, c'est la seule chose qui me différencie. Voilà ma vie, joyeuse, heureuse, je serais un peu à envier. Le jour de ma mort, je suis chez moi en train de regarder la télévision avec mes amies puis tout d'un coup nous entendons un bruit dans mon jardin, je sors de ma maison et pars dans mon jardin, là je vois une jeune fille, je ne sais pas à quoi elle ressemble, je ne m'en rappelle plus, personne ne s'en rappelle. Elle me demande son chemin, je lui situe l'offisme de tourisme et elle me remercie d'un grand sourire en me regardant droit dans les yeux. Je rentre chez moi, mes amies partent quelques minutes plus tard, je me sens seule, abandonnée, je pleure, je ne sais pas pourquoi. Je me sens manipulée, je vais dans la cuisine, prends le couteau dans le tiroir et monte dans ma chambre, là, je me tranche les veines. Plus tard j'apprends que la jeune est la fille de la Mort et qu'elle est responsable de ma mort, termina-t-elle en versant une larme

Je réfléchis un long moment en essayant de me rappeler ma propre mort.

- Comment es-tu mort ? me demanda-t-elle
- Je ne me rappelle plus ce qui a précédé le moment où  j'ai pris le couteau dans ma main, avouai-je en tournant mon visage vers elle
- A quoi ressemblais-tu ? Quel était ton nom ? me questionna-t-elle en essuyant toutes ses larmes
- J'étais un petit blond aux yeux bleus et sans un muscle, la risée de tous les gars quoi, rigolai-je

Je réussis à lui arracher un petit rire, ceci me fit sourire.

- Et je m'appelais..., commençais-je
- Cameron Ritelt et Lacky Zerico sont demandés dans le bureau de Dris, annonça une femme en tailleur noir comme toutes les autres mais cette fois brune
- Bien, nous y allons, sourit Lacky en se levant, Viens Cameron.

J'hochai la tête et me levai à mon tour pour partir à la suite des deux femmes. Je grimaçai en quittant le Paradis que j'avais trouvé. Nous traversâmes plusieurs couloirs sans croiser signe de vie, même un microbe ne pourrait vivre ici tellement il s’ennuierait. A la fin de ce long, long, long trajet, nous arrivâmes devant un cul-de-sac, la femme en tailleur que les personnes appelaient Miss ouvrit l'ouverture et nous entrâmes dans une grande salle vide et pour mon plus grand désespoir, elle était blanche. Au milieu de la pièce trônait un seul et unique canapé quatre places immaculées. La Miss nous invita à nous installer, je m'assis ainsi que la blonde et quelques minutes plus tard, une petite lumière blanche apparut devant nous.

- Vous pouvez vous retirer Miss B2, fit la lumière

Sa voix était comme milles échos de voix différentes, créant un assemblement doux à l'oreille. Miss B2 fit une courbette et repartit vaquer à ses occupations quotidiennes.

- Lacky Zerico, vous avez informé un nouvel arrivant de l'existence de la fille de la Mort, accusa la voix
- Je connais mon crime, et je m'attends à toutes punitions de votre part Dris, fit la jeune fille impassible

Un crime ? Une punition ? Mais que se passe-t-il ?

- Je ne vous punirez point car il me faut le plus de monde possible à la fin de cet année.
- Bien Dris.
- Maintenant Cameron Ritelt, dit la voix à mon intention
- Oui.
- Que veux-tu ? me demanda-t-elle
- Mourir, annonçai-je sérieusement
- Je ne peux te tuer maintenant. Autre chose ?
- Non.
- Bien, vous pouvez partir.

Nous nous levâmes d'un même mouvement et sortîmes. Lacky me reconduit gentiment jusqu'à ma chambre en me disant qu'il n'y avait jamais cours l'après-midi. Devant ma porte - seules les chambres ont de véritables portes - la blonde me demanda :

- Pourquoi n'as-tu pas demandé des réponses à tes question ? Il allait te répondre.
- Je me fiche de ces réponses, et je sais que je les aurais quand le temps sera venu, répondis-je en tournant la poignée
- Pourquoi veux-tu mourir ?
- Car ma vie n'est rien, terminai-je en refermant la porte derrière moi

Je m'assis sur mon lit vierge et propre en soupirant. J'examinai la chambre digne d'un asil de fou avant de me lever et d'ouvrir l'armoire, il n'y avait rien à l'intérieur sauf une longue corde à sauter.

- Pourquoi une corde à sauter ? me demandai-je tout haut en haussant un sourcil

Je refermai l'armoire et enlevai ma veste que je jettai sur mon lit, je déboutonnai ma chemise et elle reçue le même traîtement que ma veste. Je me plantai devant le miroir et admirai mon torse nu.

- Je suis beaucoup plus musclé qu'avant, sifflai-je admiratif

Je vis du coin de l'oeil une petite tablette qui tenait dans la paume de ma main, je l'allumai et vis une liste de nom des Miss et Serveuses.

- Pourquoi ne l'ai-je pas vu avant ?

J'appuyai sur le nom Serveuse N et un téléphone apparut, je cliquai dessus et la voix de la femme qui m'avait servi plus tôt résonna.

- Bonjour Cameron, que puis-je pour vous ?
- Pourriez-vous m'apporter à manger ? demandai-je en ayant une idée superbe
- Bien sûr, que désirez-vous ?
- J'aimerais une pomme, mais si vous pouviez me la donner avec un couteau si possible ?
- Bien sûr, j'arrive, dit-elle en raccrochant

Je déposai la tablette à sa place sur la table de chevet et m'assis sur le lit, deux minutes plus tard, on toqua à la porte. Je dis que cette personne pouvait entrer et la Serveuse arriva avec une pomme rouge et un couteau dans sa main. Elle s'approcha et me les donna.

- Puis-je vous être d'une autre utilité ? demanda-telle avant de partir
- Non merci, c'est parfait, la remerciai-je alors qu'elle refermait la porte

Je croquai le fruit à pleine dents en me couchant à moitié quand je l'eus terminé, je jettai le trognon dans une poubelle que j'avais trouvé sous le lit. Ensuite je prit le couteau à la belle lame argentée et aiguisée. Je tendis mon bras gauche et serrai fortement mon poing, faisant ressortir les jointures. Je fis une entaille profonde sur les veines bleues et je recommençai l'opération avec le poignet droit. Je me recouchai en souriant.

- Adieu monde horrible, je vais enfin mourir, annonçais-je dans ma chambre sans bruits ni odeurs ni couleurs

Ma vision se brouilla lentement alors que mes draps vierges se teintèrent de rouge. Je fermai les yeux en souriant béatement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Psychopathe Schizophrène

Messages : 513
Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 16
Localisation : Sur internet non ?
Personnages préférés : Break, Cheshire, Echo et Noise
Phrase du jour : Pouic Pouic


Carte d'identité
Chain: Dledum
Pouvoir: Elle peut contrôlée n'importe qui grâce à ses fils !


MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Mar 11 Nov - 18:17

- 04 -

J'ouvris les yeux sur un ciel blanc, sauf que ce n'était pas le ciel mais le plafond de ma chambre, Je soupirai bruyamment en m'asseyant dans mon lit aux draps propres et blancs, je baissai les yeux sur mes poignets endoloris et vis deux fines cicatrices. Je m'adossai au mur derrière moi et ramenai mes jambes contre mon torse, je posai ma tête sur mes genoux en regardant ce blanc horrible.

- Si un jour je sors d'ici, je ferais en sorte qu'il n'y ai pas une goutte de blanc au Paradis, dis-je seul et désespéré

Je me levai, ouvris l'armoire et commençais à me déshabiller pour revêtir mon uniforme, quand je fus juste en caleçon, la porte s'ouvrit en se claquant contre le mur, je me retournai et vis Lacky dans l'embrasure de la porte, rouge pivoine et le bras figé en l'air, ses yeux bleus étaient rivés sur moi. Je bassai la tête pour voir qu'elle regardai mlon torse nu avant de la relever.

- Qu'est-ce que tu veux ? demandai-je en m'approchant
- T-t-t-t-tu v-v-vas êt-tre en ret-retard, bégaya-t-elle en me suivant des yeux
- Ok, je me dépêche, dis-je en me postant près d'elle

Je soupirai et me retournai en lui faisant un signe du doigt signifiant qu'elle pouvait entrer. J'entendis ses pas sur le sol blanc qui était fait d'une matière qui m'était inconnue. Je mis mon pantalon et pris la chemise dans ma main avant de m'asseoir sur le lit et de poser ma tête dans ma paume en soupirant.

- Qu'as-tu ? me demanda la blonde en se penchant vers moi
- Je ne suis pas mort, déplorai-je

Je levai les yeux vers la jeune fille et découvrit son regard appeuré et son corps tendu, elle approcha sa main et se mit à caresser ma joue. ell voulut faire un pas vers moi mais elle se prit ma chemise que j'avais laisser tomber par inadvertance, nous nous retrouvâmes tous deux sur le matelas dur, Lacky posée contre moi. Je la sentis prendre ma main et la ramener contre son visage, je baissais les yeux et vis la lycéenne entralacer ses doigts au mien avant de frotter le dos de ma main contre sa propre joue.

- J'aimerais que tu n'essayes plus de te suicider, s'il te plait, fais-le pour moi, implora-t-elle
- Pourquoi ?
- J'ai besoin de toi, et tu ne peux pas mourir ici, tu ne peux pas...
- Tu ne me connais que depuis hier, tu ne peux pas t'être attachée à moi.
- C'est faux, je me suis attachée à toi dès que je t'ai vu et... Cela fait une semaine que tu es inconscient et que je viens veuiller sur toi. Normalement c'est un mois mais je ne sais pas, Dris t'as réanimé plus rapidement que les autres.

Je restai silencieux, quelques secondes plus tard, je me relevai et poussai la fille blonde sur le côté en détachant ses doigts des miens. Je me levai et pris le couteau qui était resté sur la table de chevet sous le regard effrayé de Lacky, je le portai à mon cou en souriant.

- Tu sais Lacky, moi tout ce que je veux, c'est mourir, dis-je d'un ton glacial

Je me coupai la carotide d'un geste rapide, je m'écroulai au sol en attendant la blonde hurler, elle se jettai sur moi en pleurant et essayant d'arrêter l'hémorragie mais il était trop tard.

Je suis mort pour la troisième fois.

- Au moins j'aurais essayé..., soupirai-je en ouvrant les yeux et voyant le plafond blanc comme neige

Je voulus porter ma main à mon cou qui me faisait souffrir mais quelque chose m'en empêcha, je relevai la tête et vis des cheveux blonds cacher le minois endormi de Lacky, je soupirai une nouvelle fois avant de reposer ma tête.

- Lacky, tu m'écrases, tentai-je de la réveiller

Elle ne bougea toujours pas, trop profondément endormie, je gigotai donc et à force de bouger, elle se réveilla en sursaut en regardant autour d'elle. Quand elle eut repris ses esprits, elle me fixa et un sourire apparut sur ses lèvres alors que ses yeux s'embrumèrent de larmes, elle me sauta au cou m'arrachant une plainte de douleur.

- Pourquoi ça fait de plus en plus mal ? me plaignis-je
- Peut-être parce que tu dures de moins en moins de temps à te réveiller, avança la blonde en serrant encore plus fort son emprise
- Combien de temps suis-je resté inconscient ? Tu peux-me lâcher ?
- Tu n'es resté inconscient qu'une journée et non, je ne te lâcherais pas... Ne te suicide pas...
- Je ne suis pas encore mort, et ne t'inquiète pas, un jour je trouverais le moyen.

Je poussai la fille qui commençai à me faire très mal au cou, je me mis debout et partis prendre mon uniforme ainsi qu'un caleçon dans l'armoire. Je commençai à enlever le pyjama quand la main de la blonde m'arrêta.

- T-tu ne vas pas te dé-déshabiller ici ? demanda-t-elle en rougissant
- Bah... C'est mes vêtements, ma chambre, donc si, dis-je en continuant
- Et j-je ne te dé-déranges pas ?
- Bah non pourquoi ?
- Je suis une fille, je risque de te voir... Nu... Et ça ne te fais rien ?
- Ah, c'est pour ça, non, je m'en fiche. Mais si ça te dérange tellement, tu n'as qu'à partir ou te retourner, après tout c'est qui l'intruse ici ?

Elle se retourna lentement en posant ses mains devant ses yeux, j'en profitai pour prendre le couteau qui était toujours sur la table de chevet, ayant vu mon mouvement - ce qui prouva qu'elle m'espionnait - la lycéenne se jeta sur moi mais toujours trop tard car la lame était déjà profondément enfoncée dans mon coeur. Elle me rattrapa avant que je ne touche le sol et elle hurla une nouvelle fois. Le sang coulait beaucoup, dans un dernier effort, je renfonçai la lame plus profondément dans mon corps se qui me fit cracher du sang sur le sol.

Cette fois la quatrième, ce sera la bonne !

J'ouvrai une nouvelle fois les yeux pour une nouvelle fois admirer ce plafond qui me rendait dingue, je tournai la tête ne tenant pas compte de la douleur que j'avais au coeur, et toujouirs la même blonde aux yeux bleus se tenait près de moi.

- Tiens, tu es toujours là, dis-je en repportant mon attention au plafond, Depuis combien de temps encore je dors ?
- On voit que tu es ravie de me voir, grogna-t-elle, Depuis une heure.
- Ouais, c'est pour ça que ça me fait mal. Que se passe-t-il lorsque je "meurs" ?
- Tu disparais avec tout ce que tu as fait c'est-à-dire sang, arme, et tout puis tu réapparais, mais c'est juste pour reformer le corps, après on te rimplante ton âme au bout d'un certain temps, d'habitude c'est un mois, le temps d'effacer les séquelles.
- Ah ok...
- Je te déteste.
- Je sais. Mais je veux mourir.
- Pourquoi ?
- Ne me demandes pas, je ne te répondrais pas.

Elle soupira un grand coup en se levant, elle s'approcha dangeureusement de moi et me frappa violemment à l'endroit le plus sensible du moment : le coeur. Je toussai du sang sur les draps porpres et me tenant la poitrine par reflexe. Lorsque je m'arrêtais, Lacky me regardai d'un regard tueur et triste.

- Tu m'as fait mal, chuchotai-je difficilement
- Moi aussi tu me fais mal, j'ai perd de te perdre et monsieur se suicide sans arrêt alors qu'il sait très bien qu'il ne peut pas mourir ! explosa-t-elle
- Si tu sais que je ne peux pas mourir, pourquoi t'inquiètes-tu à ce point ?

Je venais de toucher le point sensible, elle tomba lentement sur ses genoux avec un regard vide, comme si on lui avait aspiré toute vie, sa tête penchai sur le côté et une larme cristaline roula sur sa joue.

- Car j'ai peur que tu y arrives, dit la lycéenne en éclatant en sanglot
- Je peux te poser une question ?
- Oui...
- Pourquoi les garçons te vénèrent-ils ?
- Tu n'as pas remarqué ? s'étonna-t-elle, Nous ne sommes que deux filles, et l'autre qui se nomme May Linnuo n'est pas très aimée, c'est l'intello quoi, expliqua-t-elle en se relevant et essuyant ses larmes
- Pourquoi n'êtes-vous que deux filles ?
- Je ne peux pas te le dire. Mais tu le sauras bientôt, il n'y a plus de cours maintenant, depuis ton second suicide, je ne sais pas pourquoi...
- Cool, donc je vais manger, me réjouis-je en me levant d'un coup créant une vague de douleur

Lacky m'attrapa le coude pour que je ne perde pas l'équilibre, nous marchâmes dans les couloirs, Je m'arrêtai en regardant vers la salle de classe.

- On peut aller à l'infirmerie d'abord ? demandai-je, J'ai besoin de calmants...
- Bien fait pour toi, grommela la blonde en prenant la couloir menant à l'infirmerie
- Calme-toi, je me suis juste suicidé !
- Si tu ne veux pas que je te remette un bon coup de poing et que je t'abandonne ici, tu te la fermes compris ?
- Ohlala, madame est en colè..., me moquai-je avant de m'écrouler


Elle avait tenu sa parole, elle m'avait frappé droit au coeur ! Elle partit mais après cinq minutes à m'attendre gémir de douleur, elle revint et me releva. Je souris intérieurement et fis exprès de mettre tout mon poids sur son épaule. Elle grogna et me traîna - et bien oui, je n'allais tout de même pas marcher après ce qu'elle m'a fait -. Elle ouvrit l'ouverture de l'infirmerie et nous entrâmes dans la pièce blanche ou elle m'installa sur le lit sans aucune douceur, en fait, elle ne m'a pas installé mais jeté. Je regardais autour et vit un accro au paysage immaculé.

- Ce n'est pas Miss R ? demandai-je surpris

Effectivement, à la place de la femme rousse en tailleur, se trouvait une jeune femme en blouse blanche aux courbes harmonieuses, aux courts cheveux châtains clairs et des yeux mélangeant le vert et le marron.

- Non, c'est moi l'infirmière ici, répondit-elle
- Mais alors pourquoi....
- Parce que j'étais en vacances, dit-elle avant queje ne termine ma question
- Les I.As ont des vacances ? m'étonnai-je
- Katherina n'est pas une I.A, elle était humaine comme nous, m'informa la blonde en s'asseyant sur une chaise
- Elle était humaine, donc tu insinues que nous ne sommes plus humains ?
- Cameron, le jour où un mort reprend vie, tu ne le considères plus comme un humain, fit l'infirmière, Bon sinon les enfants, vous avez besoin de quoi ?
- Calmants ! m'excamai-je, Vous êtes la seule adulte non I.A ici ?
- Oui je crois... Tiens tes calmants.

Je les attrapai au vol et les avalai sans prendre la peine de boire de l'eau avec, ensuite je me couchai sur le lit en attendant les effets surpuissant du médicament.

- Qu'est-ce que tu fais encore ? marmonna Lacky
- Je vais dormir !
- Mais je croyais que tu avais faim ?
- Oui mais si c'est pour sombrer dans mon assiette c'est pas la peine...
- Et moi je fais quoi en attendant ?
- Ce que tu veux, je m'en fiche...
- Hmph.

Elle croisa ses bras et s'en alla s'en dire un mot, je tournai mon regard vers l'infirmière qui était assise à son bureau, mais elle avait sa têtea ppuyée dans sa paume et son regard fixé sur moi.

- Tu es méchant, déclara-t-elle au bout d'un moment
- Oui, je sais, je la fait souffrir, c'est pas bien.
- Mais alors pourquoi tu le fais si tu le sais ?
- Je ne veux pas qu'elle s'attache trop.
- Pourquoi ?
- Raisons personnelles.
- Tu vas dormir ?
- Non plus, c'était juste pour être tranquille.
- Va t'en, ordonna-t-elle
- Ok, lui obéïssai-je en prenant la sortie
- Tu sais, avant que tu n'arrives elle était très triste, aucun ami pour la soutenir ni rien, c'est vers moi qu'elle s'est tournée et maintenant qu'elle peut être heureuse, tu la jettes, je te déteste ! ragea la femme en blouse blanche alors que je prenais le couloir

Je partis, en route vers ma chambre, oubliant ma faim qui me tiraillait le ventre, j'entrai et découvris Lacky Zelico assise sur mon lit à m'attendre, je soupirai bruyamment et m'assis à ses côtés. Elle avait les yeux rougis mais elle avait un grand sourire. Elle était heureuse de me voir débarquer et ça se voyait.

- Où est la salle de bain ? demandai-je

Mais depuis combien de temps n'ai-je pas pris de douche ?

- Oh... Euh... C'est ici, fit-elle en appuyant sur le mur près de l'armoire
- Merci, je vais prendre une douche, déclarai-je en prenant des affaires dans l'armoire

Elle aquiesça et se rassit, j'entrai dans la salle de bain et après mûre réfléxion, j'ouvris le robinet, la baignoire se remplis d'eau limpide lentement mais sûrement. J'enlevai mon t-shrt avant de rouvrir l'ouverture et de sortir à reculons.

- Finalement je prends un bain, désolé de te faire attendre ! dis-je à la blonde
- Ok, prends ton temps. Et après nous irons manger ?
- Exactement !

Je refermai derrière moi, finissai de me déshabiller et entrai doucement dans l'eau chaude après avoir refermé le robinet.

- Ha, de l'eau chaude..., murmurrai-je avec plaisir

J'examinai le décor blanc blanc et reblanc... Même les robinets étaient blancs. Après avoir pataugé comme un gamin dans l'eau pendant une demi-heure, je sortis et commençai à m'essuyer, j'enfilai mon caleçon et soulevai ma chemise propre pour prendre la grande corde à sauter que j'avais caché sous mes vêtements. Je commençai à chantonner en faisant un beau petit noeud. Ensuite je l'accrochai à la baignoire et passai la corde au dessus d'une barre en fer accrochée au mur.

Je me demande comment cette barre est arrivée là... Elle est peut-être là pour les suicidaires ?

Je pris le tabouret qui était près du lavabo et le mis en dessous de la corde. Je me mis debout sur le tabouret et passai la boucle autour de mon cou.

- J'abandonne après ça, dis-je
- On a pas le temps pour que tu te suicides Cameron, Dris nous a tous convoqués, annonça Lacky en entra et me coupant dans mon geste

J'enlevai la corde en prononçant un juron puis sautai au sol, je suivis la blonde qui sortait de la chambre avec une mine triste.

- C'est nul... Si on peut plus se pendre tranquille, marmonnai-je énervé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Psychopathe Schizophrène

Messages : 513
Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 16
Localisation : Sur internet non ?
Personnages préférés : Break, Cheshire, Echo et Noise
Phrase du jour : Pouic Pouic


Carte d'identité
Chain: Dledum
Pouvoir: Elle peut contrôlée n'importe qui grâce à ses fils !


MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Mar 11 Nov - 18:23

- 05 -

Nous marchâmes dans un silence devenant pesant, Lacky se décida enfin à le briser :

- Tu as oublié de t'habiller.

Je bassai les yeux et vis que je n'étais qu'en caleçon. J'haussai les épaules.

- C'est pas grave, répondis-je
- Alors, ce que je ne comprends pas, c'est que tu as pris la peine de mettre au moins un caleçon pour te suicider alors que tu disais que ça ne te dérangeais pas qu'on te voit nu, où est la logique ? demanda-t-elle
- C'est simple, si tu veux avec le temps, je me suis inventé mes propres Dieux et mes propres idées du Paradis. Je me suis dit que, lorsque nous mourrons, notre apparence au Paradis est la même que celle lorsqu'au moment de notre mort. Donc j'ai pris la peine de mettre un petit truc.
- Mais...
- Effectivement, ça ne me dérange pas qu'une fille me voit nu, mais pas un gars, ça je ne l'admetterais pas !
- Pourquoi ? s'étonna-t-elle
- Parce que j'ai pas envie de me faire attaquer par des gays.

La blonde éclata de rire après ce que je venais de dire, son fou rire était si intense qu'elle dut s'arrêter et se tenir les côtes. Au bout de cinq bonnes minutes, elle s'arrêta dans de petits tressotements et reprit sa route comme si de rien n'était.

- C'est idiot, commenta-t-elle avec un sourire
- Non mais je suis sérieux.
- Je sais, gloussa la lycéenne

Nous continuâmes notre route, nous arrivâmes après quelques minutes dans le bureau où toute la classe qui était composée d'une trentaine de personnes attendait, je découvris en effet qu'il n'y avait qu'une fille hors Lacky. Ils se retournèrent tous et le mumurres sur ma tenue fusèrent directement. Ils n'étaient pas très discret.

- C'est celui qui s'est suicidé plusieurs fois, Cameron je crois, entendis-je
- Il est caleçon !
- Apparaître evant Lacky dans cette tenue, quelle honte !

Et ça continuait sur ce rythme, ça en devenait une cacophonie.

- Bon, vous allez vous la fermer ?! Oui c'est Cameron, celui qui s'est suicidé quatre fois, on a compris ! Et puis, peut-être qu'il est dans cette tenue car votre chère Lacky s'est amusée à la déshabiller mais qu'elle a été coupée par l'annonce de Dris ! hurla la seconde fille avec un sourire narquois

Tous les regards se retournèrent vers elle, la brune aux yeux noisettes fit un sourire moqueur à la blonde qui fulminait près de moi, je me mis à glousser et je me valus plusieurs regards meurtriers.

- Ta réputation vient d'en prendre un coup, rigolai-je à l'attention de la lycéenne
- Premièrement, il est dans cette tenue car il ne voulait pas se faire attaquer par des gays au Paradis, ensuite, si je l'avais fait, ça aurais prouvé une nouvelle fois que je ne suis pas aussi coincée que toi May Linuo ! se moqua Lacky
- Je suis peut-être coincée, mais je ne fais pas ma bimbo devant tout le monde, répliqua May
- C'est sûr que tu ne peux pas faire ta bimbo avec ton allure de vieille.
- Je préfère avoir une allure de vieille que ressembler à une pute.
- Les filles, calmez-vous ! tentai-je de les calmer
- Ta gueule Cameron, on t'a pas sonné ! hurlèrent-elles synchronisées
- Que tout le monde se taise ! réprimanda les milles voix résonnates

Le silence revint de nouveau, la brune s'approcha lentement de moi et s'arrêta quand elle fut juste devant. je remarquai les quelques taches de rousseurs sous ses grands yeux. Elle était habillée dans son uniforme, sauf que comparée à Lacky, elle elle n'avait pas le décolleté. elle était plus petite que moi d'une ou deux tête et c'était très discret mais je vis qu'elle faisait quelques pas de côté dans un geste nerveux.

- Ton idée est idiote, car ils n'auront juste à te déshabiller, dit-elle
- May, si vous ne vous taisez pas, je vous tue sur-le-champ, menaça Dris sans pour autant apparaître

J'ai juste à répondre à sa question pour mourir ! me réjouis-je intérieurement

- Non, car dans ma vision du Paradis, notre apparence est inaltérable, tu ne peux pas changer tes vêtements ou autres, lui répondis-je avec un sourire
- Le prochain mot que vous disez sans ma permission Cameron et c'est la vie éternelle pour vous.

La lycéenne aquiesça d'un signe de tête pour me remercier et retourna à la l'endroit où elle était. Moi je fis une moue de gamin mécontent pour montrer que je n'aimais pas le châtiment qui m'attendais au moindre mot.
La lumière apparut mais cette fois sous forme humanoïde, on ne pouvait distinguer aucun trait, la visage n'était qu'une surface lisse sans yeux. Dris restait planté là, sans rien dire.

- Mes chers élèves du lycée N°14 752, aujourd'hui s'achève votre année, déclara-t-il

Tous les élèves furent surpris sauf moi qui ne comprenais rien de chez rien.

- Alors, effectivement, ceci n'est pas normal. Mais la raison pour laquelle je termine votre année plus tôt, est que j'ai trouvé deux généraux pour vous, mon armée. Vous l'aurez compris, le premier sera Cameron.

Je suis visé là, pensai-je

Je déglutis en reculant lentement mais Lacky m'arrêta en m'attrapant le bras fermement. Je revins à ma place et levai le doigt comme un maternelle.

- Oui ?
- Euh... Pourquoi moi ? Et comment ça une armée ?
- Toi car tu n'arrêtais pas de te suicider donc ce qui te rends moins réceptif au pouvoir de la fille de la Mort. Toi, tu n'es pas spécialement mort de son pouvoir, tu es mort de ta propre volonté, mais elle a juste accéléré les choses. Et une armée, pour la détruire bien sûr, c'est une tare de ce monde, il faut l'éliminer.
- Donc en fait, si je comprends bien, nous sommes vos joujoux. Et vous nous ordonnez de tuer la fille de la Mort c'est ça ? Mais si je veux pas être mercenaire, vous faîtes quoi ?
- Tu as tout compris. Et bien, si tu ne veux pas être mercenaire alors disons que l'éternité dans cette réalité que tu déteste te servira de punition.
- Mais que racontez-vous, j'ai toujours désiré faire la guerre, tuer une fille aux pouvoirs mortels et tout et tout, dis-je avec un faux sourire
- Bien, d'autres questions ? demanda Dris

Un garçon de taille normale, habillé dans son uniforme leva la main, je ne pouvais le voir que de dos.

- Oui ?
- Qui sera l'autre général ? demanda-t-il en passant sa main dans ses cheveux bruns chocolat
- Bonne remarque, je vous annonce à tous que le second général sera May Linuo.
- Hein ?! s'exclama Lacky outrée, Cette fille sera général ?! Mais pourquoi ?
- Parce qu'elle a une combativité aussi forte que la vôtre Lacky mais elle a en plus une intelligence implacable.

"Merci de me traiter d'idiote" devait être les pensées de la blonde en ce moment, la brune lâcha un petit rire moqueur en la regardant du coin de l'oeil.

- Tch, tu vas me le payer la naine.

La lycéenne bouda alors dans son coin avec les bras croisés sur sa poitrine.
Les Miss arrivèrent une par une par l'entrée avec des feuilles dans les mains, elles les distribuèrent et je vis les noms de mes futurs "soldats".  Je n'en connaissais aucun sauf...

- Hey Cameron, on est ensemble ! chantonna Lacky en me faisant un grand sourire
- Je sais... On vivra où ? demandai-je à l'intention de Dris
- Dans des appartements, mettez vous en binôme ou en trio d'ailleurs, nous informa-t-il, Mais restez avec des personnes de votre groupe.

Je soupirai car j'aurais préféré rester seul, enfermé derrière quatre murs avec les rideaux tirés et un ordinateur allumé. Je tournai mon visage vers la blonde qui était enfouie sous les demandes des garçons qu'elle refusait tant bien que mal.

On abandonne cette idée pour le moment, je ne veux pas me retrouver à l'infirmerie.

Je jetai un coup d'oeil autour avant de voir un garçon ? Une fille ? Enfin, une personne qui cherchai un compagnon pour la colocation. je m'avançai vers cette personne en espérant qu'elle soit dans mon groupe.

- Euh... Bonjour, tu es dans mon groupe ? demandai-je en le voyant sursauter

Finalement c'était bien un garçon car il portait l'uniforme des gars, très efféminé, de petite taille avec un corps fin. Il avait de grands yeux noisettes et des cheveux lui arrivant au bas de la nuque châtains clairs avec des reflets blonds. Il portait l'uniforme garçon qui lui allait très bien à la couleur mais celui fille lui serait mieux allé.

- Oui, je suis Noah Prock, me sourit-il

Sa voix aussi faisait fille mais c'était quand même masculin, ça rajoutait à son charme. Je me demandai pourquoi personne ne l'avait invité à rejoindre leur groupe, les personnes comme ça c'est très mignon.

- Euh.... Désolé de te demander ça, peut-être que tu es déjà pris mais... Tu veux être avec moi en coloc ? demandai-je en me frottant la nuque
- Tu veux bien ? C'est vrai ? se réjouit-il
- Bien sûr, vu que je t'ai demandé.
- Ah oui, désolé, je dois paraître idiot. J'accepte.
- Je crois que j'ai pas besoin de me présenter, ma réputation est déjà toute faîte ?
- Oui, tu es Cameron Ritelt, celui qui s'octroie les grâces de Lacky, le suicidaire et peut-être bientôt l’exhibitionniste, rigola-t-il

Tiens, elle s'en sort comment justement ?

Je me retournai et la vis plaquée contre le mur engloutit sous une vague de demandes et de protestations. A côté de moi se trouvait Noah qui regardait attentivement mon amie blonde avec la bouche ouverte. Je me penchai pour me mettre devant ses yeux et le regardai.

- Toi tu es amoureux, déclarai-je

Il reporta son attention sur moi en se mettant à rougir, il se frotta les mains nerveusement en les regardant. Il échappa un petit rire d'autant plus nerveux en relevant la tête.

- Comment tu le sais ? demanda-t-il
- Tu l'as regarde comme si c'était un ange. Encore un obnubilé par sa beauté.
- Je me fiche qu'elle soit belle ou moche, elle est très gentille, souriante, on voit qu'elle souffre intérieurement... Surtout, comparé aux nouveaux garçons, moi je suis le seul qu'elle n'ait pas embrassé, c'est un traitement de faveur non ?

C'est surtout preuve que pour elle tu es une fille mais bon...

Je ne voulais pas gâcher ses illusions donc j'hochai la tête ce qui produisit un magnifique sourire sur ses lèvres. Il retourna à son occupation qui était d'examiner Lacky, et je me postai derrière lui, le pris par les épaules et vint placer ma bouche au creu de son oreille. Je remarquai que sa peau sentait le melon, si ça avait été une fille je ne sais pas ce que j'aurais fait.

- Elle sera sûrement avec nous dans l'appartement, lui chuchotai-je

Le lycéen se retourna vers moi avec des étoiles plein les yeux, je fis signe à Lacky de venir, je savais qu'elle m'avait vu car je savais aussi qu'elle ne faisait que de me fixer. Elle se fraya un chemin dans la masse compacte, elle courut vers moi poursuivit par ses fans avant de se réfugier contre mon torse. Ce qui me valus pour la centième ou millième fois depuis que j'étais arrivé, les regards meurtirers de tous les garçons sauf Noah qui s'était retrouvé loin de nous et qui était trop petit pour voir ce qui se passait.

- Lacky, veux-tu être avec moi en colocation ? demandai-je d'une voix forte pour que tout le monde entende
- Oui, répondit-elle en levant la tête souriante

Bon, à la place des cris de jois qu'il y avait tout le temps dans les films, c'était des menace de mort à mon encontre mais ce n'était pas grave. Tout le monde s'écarta et le petit gars aux yeux noisettes s'approcha avec les mains rejointes comme dans une prière.

- Alors,  voici Noah Prock, notre dernier compagnon ! présentai-je

La blonde s'approcha de lui avec prudence et un petit "oh" admiratif, elle lui toucha la joue du bout du doigt comme pour voir si il était réel. Finalement elle le prit dans ses bras en criant de joie.

- T'es trop mimi toi, on dirait une poupée ! Tes cheveux sont si doux, dit-elle en les caressant, Et tes yeux sont magnifiques ! Et tu sens le melon, quelle bonne odeur, c'est du parfum ?

Le pauvre petit était en train de se transformer en tomate, il était traité comme un jouet par la lycéenne. Je voulus calmer le jeu car sinon elle finirait par devenir folle mais le sol disparut d'un coup pour laisser place à un trou gigantesque, nous tombâmes tous, la blonde s'accrochant fortement à Noah. il n'y avait que Dris qui ne tombait pas.

En même temps c'est pas un humain.


NDA:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Vous commencez à me connaitre, nan?

Messages : 850
Date d'inscription : 02/08/2014
Age : 22



MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Mer 12 Nov - 1:35

J'ai lu 00,01,02. C'est bien tu mets du suspense aux fins de chapitres (en général)
Le scénario est très original, j'avais compris que ça ressemblait des suicidés quelques lignes avant que ce soit révélé mais je n'étais pas sûr, c'est vraiment original bravo !
Globalement c'est bien écrit mais certains descriptions méritent d'être étoffées et il y a quelques fautes, je te conseille de relire et corriger ce que tu peux.
Je lirais la suite.

Bonne chance et continue !
Et n'hésite pas à aller voir ma fiction : La Tragédie de Paris, dans la même section
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Psychopathe Schizophrène

Messages : 513
Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 16
Localisation : Sur internet non ?
Personnages préférés : Break, Cheshire, Echo et Noise
Phrase du jour : Pouic Pouic


Carte d'identité
Chain: Dledum
Pouvoir: Elle peut contrôlée n'importe qui grâce à ses fils !


MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Mer 12 Nov - 15:18

Oui merci,
Désolé, c'est que les descriptions détaillées arriveront plus tard car j'ai déjà essayé de faire mieux et décrire quelque chose de totalement neutre dans tous les sens c'est dur x3
OK je relirai :3

J'ai vu ta fiction mais désolé pour l'instant je n'ai pas le temps de la lire mais j'ai vraiment hâte de commencer :3

Merci de ton commentaire :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Rose Noire Schizophrène

Messages : 1029
Date d'inscription : 23/07/2013
Age : 18
Localisation : Partout où tu ne seras pas ^^
Personnages préférés : Lacie, Alice, la Volonté de l'Abyss, Cheshire, Echo/Zwei, Break
Phrase du jour : Bouh ?



MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Mer 12 Nov - 18:35

Hoy o/
J'ai lu tous les chapitres x3 Franchement, j'aime beaucoup l'idée, le scénario me plaît~ (bon, après, ça parle de suicide mais bon xD)
Je dois avouer que j'ai du mal à cerner nos deux héros, ils ont des réactions bizarres, par moments xD Exemple : La dernière fois que Cameron tente de se suicider (la cinquième, je crois? x'D), Lacky ne réagit même plus alors qu'elle hurle et pleure les fois précédentes O.o
Sinon, j'aime bien le caractère de Cameron (et on ne sait toujours pas son nom! Dx), il se fiche de tout xD Dans un sens, il me fait un peu penser à Oz, finalement .__.

Ensuite, Celsos a déjà signalé les fautes, les descriptions trop peu détaillées... Et surtout les descriptions des sentiments! C'est dommage, on ne voit pas bien ce que ressentent les personnages et le récit moins captivant, je trouve :/ C'est aussi peut-être parce que tu décris trop certaines actions qui sont assez inutiles, finalement (comme : quelqu'un frappa, je lui dis qu'il pouvait entrer, il ouvrit la porte, etc...)
Ensuite, lorsque Lacky raconte son histoire, tu ne devrais pas utiliser le passé? Enfin, ça m'a fait bizarre de lire ça au présent, mais bon... x)
Et, une dernière chose : Je trouve ça complètement bizarre de vouloir se suicider en se plantant un couteau dans le crâne! Surtout que c'est pas vraiment possible, en fait o.o Le crâne, c'est super dur, on ne peut pas le percer en se plantant simplement un couteau dans la tête, surtout si Cameron n'est pas bien musclé. Et puis, franchement, si je voulais me suicider, c'est pas vraiment la première chose à laquelle je penserais. Les gens se coupent les veines, prennent des médocs, se pendent, se défenestre, au pire se tirent une balle mais bon x)

Ah, et je voulais te demander, où est-ce que tu as trouvé les gens qui ont fait la couverture et le trailer? C'est toi qui a demandé comme ça où tu es allée chercher sur un site spécial?
En tous cas, c'est vachement bien fait et accrocheur, bravo :3

Bon, j'espère ne pas t'avoir trop accablée avec les points négatifs que j'ai cité xD Si tu corriges tout ça, ce sera encore mieux o/
J'ai hâte de lire la suite et bonne continuation~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilishfeather.ek.la/


Psychopathe Schizophrène

Messages : 513
Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 16
Localisation : Sur internet non ?
Personnages préférés : Break, Cheshire, Echo et Noise
Phrase du jour : Pouic Pouic


Carte d'identité
Chain: Dledum
Pouvoir: Elle peut contrôlée n'importe qui grâce à ses fils !


MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Mer 12 Nov - 18:51

Oui je corrigerais ça le plus vite possible x3 Très certainement ce week-end :3 Si j'ai le temps *pense à l'espagnol qui risque de l'attendre* T-T

La plupart de mes persos principaux sont comme Cameron :') Je sais pas pourquoi c'est toujours comme ça xD

Si Lacky utilise le présent c'est normal mais j'expliquerai ça plus tard :3

Quand tu te suicides, tu y arrives forcément, et même un enfant si il délivre toute la force qu'il a en lui peut tuer un homme adulte x3 Donc quand tu te suicides tant que tu as vraiment envie de le faire tu peux le faire par n'importe quel moyen :') (non je suis pas connaisseuse je rassure xD)
Et lui il voulait donner ses organes, si tu te coupes les veines ça te vide de ton sang donc ton corps bat plus, donc plus d'organes vivants quoi, si il prend des médocs pareil les organes sont inutilisables, la pendaison ce sera expliqué plus tard :') et je pense que tout le monde ne se traîne pas avec un flingue chez lui xDD

Alors pour les gens je peux te répondre oui, je demande à certaines personnes :3

Trailer : le trailer est de Sonia Nevermind qui d'ailleurs je la remercie car je l'ai fait chier 2 jours avec ça T^T La pauvre...

La couv : C'est de Aiglamion, une personne à qui je suis abonnée sur WattPad, mais si tu veux je peux lui en demander une de ta part, mais elle arrivera pas tout de suite car on lui demande souvent des couvertures x3

Merci d'avoir commenté, j'essayerai de corriger tout ça le plus vite possible (surtout la description è.é)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Rose Noire Schizophrène

Messages : 1029
Date d'inscription : 23/07/2013
Age : 18
Localisation : Partout où tu ne seras pas ^^
Personnages préférés : Lacie, Alice, la Volonté de l'Abyss, Cheshire, Echo/Zwei, Break
Phrase du jour : Bouh ?



MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Mer 12 Nov - 19:19

J'attends toutes tes explications, alors xD

Désolée, mais je persiste à penser que le suicide par perforation du crâne à la seule force de ses bras est impossible xD Si je suis ta logique, se transpercer le cerveau n'est pas une bonne idée non plus, vu que tu te vides tout autant de ton sang :') Je ne suis pas connaisseuse non plus mais je pense que les organes sont toujours utilisables. Sinon, comment veux-tu qu'il y ait des dons? Il est possible de récupérer des organes encore en bon état sur un accidenté, même après qu'il se soit vidé de son sang. Pour les médocs, c'est le sang qui ne serait plus utilisable, je te l'accorde, vu qu'il y aurait une trop grosse dose (et encore, je pense qu'il est toujours possible de le purifier avant d'en faire don) et il nous reste la défenestration x) (oui, je suis chiante, hein? C8)

Ok, merci pour les infos! Very Happy
Et de rien pour le commentaire xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilishfeather.ek.la/


Psychopathe Schizophrène

Messages : 513
Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 16
Localisation : Sur internet non ?
Personnages préférés : Break, Cheshire, Echo et Noise
Phrase du jour : Pouic Pouic


Carte d'identité
Chain: Dledum
Pouvoir: Elle peut contrôlée n'importe qui grâce à ses fils !


MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Mer 12 Nov - 19:24

Ok ok je change le suicide si tu veux xDD Je m'avoue vaincue x)
Mais pour les médocs je suis pas d'accord ! Car on en peux plus utiliser le fois et ça risque d'arrêter ton corps ! (donc plus de coeur plus d'organes Razz)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Rose Noire Schizophrène

Messages : 1029
Date d'inscription : 23/07/2013
Age : 18
Localisation : Partout où tu ne seras pas ^^
Personnages préférés : Lacie, Alice, la Volonté de l'Abyss, Cheshire, Echo/Zwei, Break
Phrase du jour : Bouh ?



MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Mer 12 Nov - 19:40

Bon, après recherches, il s'avère que tu as raison xD (oui, je suis obstinée à ce point)
Pour pouvoir donner ses organes, il y a deux types de décès : le décès en état de mort encéphalique et le décès à coeur arrêté. C't'à dire que soit tu meurs parce que ton coeur s'arrête, soit c'est ton cerveau qui meurt sauf que dans ce cas-là, il faut que tu sois à l'hôpital (accident de la route) à ce moment-là pour que les médecins puissent te garder en vie artificiellement le temps de prélever les organes. Autrement dit, il est impossible de se suicider en voulant donner ses organes... On avait tort toutes les deux, en fait xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilishfeather.ek.la/


Psychopathe Schizophrène

Messages : 513
Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 16
Localisation : Sur internet non ?
Personnages préférés : Break, Cheshire, Echo et Noise
Phrase du jour : Pouic Pouic


Carte d'identité
Chain: Dledum
Pouvoir: Elle peut contrôlée n'importe qui grâce à ses fils !


MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Mer 12 Nov - 19:45

Bon bah pas de dons d'organes mon pauvre Cameron ! Ou sinon... Tu te suicides en te utilisant la voiture de ta mère ça te va ?
- Yep ! Pourtant j'aimais bien ma mort...
Tant pis u.u

Bon bah je vais changer alors :') Merci (vraiment obstiné xDD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Vous commencez à me connaitre, nan?

Messages : 850
Date d'inscription : 02/08/2014
Age : 22



MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Mer 12 Nov - 21:04

"Si je suis ta logique, se transpercer le cerveau n'est pas une bonne idée non plus, vu que tu te vides tout autant de ton sang" -> on ne peut pas donner son cerveau ! C'est un organe d'une complexité gigantissime... Sinon je plussoie toutes les remarques Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Rose Noire Schizophrène

Messages : 1029
Date d'inscription : 23/07/2013
Age : 18
Localisation : Partout où tu ne seras pas ^^
Personnages préférés : Lacie, Alice, la Volonté de l'Abyss, Cheshire, Echo/Zwei, Break
Phrase du jour : Bouh ?



MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Mer 12 Nov - 21:10

Faut avouer que c'est une mort attrayante mais fait attention à ce genre de détails sinon, ça pourrait te nuire Wink
Encore désolée de t'embêter xD

Celsos : Ce n'était pas pour donner son cerveau, je sais très bien qu'on ne peut pas transplanter un cerveau xD C'est lorsqu'elle a dit que les organes étaient inutilisable si on se vide de son sang. Donc se couper les veines ou se transpercer le cerveau revient au même, dans ce cas-là ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedevilishfeather.ek.la/


Vous commencez à me connaitre, nan?

Messages : 850
Date d'inscription : 02/08/2014
Age : 22



MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Mer 12 Nov - 22:42

Effectivement j'ai mal lu Mouton Mouton Mouton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Admin BlackRose

Messages : 4299
Date d'inscription : 20/06/2012
Localisation : Quelque part
Personnages préférés : Léo, Elliot et Xerxes
Phrase du jour : Kuro est à moi ! Pas toucher !


Carte d'identité
Chain: Aucune pour le moment
Pouvoir: Je vous bouffe avec mes roses noires quand je veux


MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Jeu 13 Nov - 1:19

ça pourrait être pratique pourtant, une greffe de cerveaux x3 (ben oui, ya des gens qui en ont besoin...)

Non, je n'ai pas lu o/ un jour, je me lancerai et lirai tous les écrits qui ont été postés ici o/ un jour... (quand je serais à jour in RP et aurais fait les 150 000 choses que je dois faire pour le fo... Hum, bon j'essaierai avant quand même xD)

-----------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: La fille de la Mort   Aujourd'hui à 13:10

Revenir en haut Aller en bas
 

La fille de la Mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Macaria; fille des enfers
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Détente :: Oeuvres d'art inédites-