AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand j'ai sous la main un crayon et une feuille...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Vous commencez à me connaitre, nan?

Messages : 440
Date d'inscription : 21/04/2014
Age : 16
Localisation : Enfin sortis du bout du monde !
Personnages préférés : Xerxes - Duc Barma
Phrase du jour : J'ai bien les yeux et les cheveux violet !!! Achtung !!!


Carte d'identité
Chain: Moi même ! XD
Pouvoir: Téléportation, apparition d'objets, soins, et pleins d'autre...!


MessageSujet: Quand j'ai sous la main un crayon et une feuille...   Mer 16 Juil - 16:01

Hellow~ !

En ce moment je fait trois choses : écrire, lire et bronzer et dessiner. ( En plus il n'y a du soleil que depuis hier :/ )

Donc vus que je n'ai pas de scanner sous la main, je vais mettre ce que n'écrit ( ben oui, il suffit de faire un copier/coller x3 ). Voici deux Fanfics sur Rufus que j'ai écrit :

La première ça raconte ( comme le dit le titre ) un matin comme un autre chez Rufus.


Un matin comme un autre...


C'était un matin comme une autre, avec un soleil toujours caché par des nuages, enfin, on pouvait être heureux qu'il ne pleuve pas car en cet saison cela est fréquent. Le QG de Pandora paraissait aussi gris que les nuages qui étaient dans le ciel, les bâtiments ne donnaient pas vraiment envie de rentrer à l'intérieur ! Contrairement à l'habitude où, quand le soleil rayonne, des couleurs éclatantes se dessinent sur les murs, éclairant les jardins faits de plantes médicinales tenus par les jardiniers les plus qualifié du pays. Les formes des différents bosquets étaient taillés au centimètre près, dessinant un chemin de verdures. Rufus aimait ces jardins, car bien que d'une taille limité, il avait pût dedans discuter de longues heures avec la duchesse Sheryl Rainsworth... Bien sur il aimait encore plus la duchesse, mais ces jardins gardaient l'âme de leur jeunesse, quand Rufus avaient par multiples fois demandé la main de la duchesse. Il aimait humer l'air des plantes, sentir le léger vent tournoyer dans la cours quand le temps et la saison s'y prêtait.
Mais ce n'était pas pour aller se promener dans les jardins que Rufus s'était rendu au QG de Pandora aujourd'hui. En ce moment, les choses changeaient, Rufus le sentait bien, durant toutes les années où il avait vécu, les choses n'avaient jamais demandé autant d'attention. Même si la quête incessante d'information avait le don de fatiguer le Duc, celui ci se trouvait à la fin heureux, ce qui fait le contraire des évènements récents : rien ne lui avait plût. Des réunions incessantes entre les quatre grands Duc, des nouvelles personnes venant mettre leur nez dans les affaires de tous, et j'en passe. Enfin... Quand tout sera terminé, Rufus sera tranquille – et peut-être avec Sheryl – !
Ses talons claquaient et résonnaient dans les couloirs de l'organisation. Son « uniforme » voletait à cause de sa marche rapide et ses cheveux se secouaient, encombrant légèrement son visage. Son visage... On pouvait y lire une pointe d'agacement, dut aux réflexions qu'il avait reçu de la part de quelques agents inconscients de leur bêtise. À plusieurs reprises, le Duc avait faillit être jetté dehors ! Mais il avait vite fait de les calmer...
Alors qu'il parcourait toujours les longs couloirs, il rencontra Reim, son fidèle serviteur. C'était une personne que Rufus classait dans « À ne pas oublier ! » ( et oui, car Rufus classe les personnes qu'il connait dans un tableau qui est, je vous l'assure, des plus complets ! ) bien qu'il entretenait avec lui plus que de simple relation de maître à serviteur, c'était un peu un confident pour le Duc. Et avec lui, il n'avait pas peur que les informations en son égard fusent, car plus loyal que Reim, vous mourrez ! Celui ci annonça à son maitre le planning de la journée, pour résumer, c'était une journée bien chargé. Le Duc ravala un soupir et il continua son parcours dans les couloirs, son serviteur sur les talons. Quand il fut arrivé, il rejoint Sheryl et en un mouvement de bras, il ouvrit la porte de la salle de réunion et avec plus de douceur, il conduit la Duchesse à sa place.
    – Commençons ! Annonça un des trois autres ducs...




Et voici le deuxième, une Fanfic ayant un lien avec une série de livre que vous connaissez tous : « Percy Jackson ». Je me suis amusé à transporter Rufus et sa clique dans cet univers. Il n'y a pas énormément de détails, mais le texte est déjà assez long comme ça ! x3


Bataille sur l'Olympe


La bataille faisait rage. L'armée de monstre mené par Porphyrion avait envahit l'Olympe. Il y avait au moins cinq centaines de montres, guidé par le roi des géants Porphyrion. Dans cette armée de monstres, on pouvait en trouver toutes sortes. Face aux basilics ( ces serpents au poison et aux écailles mortels ), aux oiseaux métaliques du lac Stymphale et aux ogres appelé aussi gégénéis, les demi-dieux étaient débordés. Ils avaient reçu l'ordre d'arrêter la progression de l'armée adverse. Cet ordre avait était été donné par les dieux, seulement, ceux ci craignant le danger, ils avaient évacué leur sanctuaire... Rufus ne pouvait s'empêcher de les voir comme des lâches. Mais le temps n'était pas aux longues réflexions, les demi-dieux devaient agir !
Une cinquantaine de jeunes attendaient les ordres de leurs supérieur. Rufus devait agir et prendre les décisions vite mais également avec justesse. L'armée conduite par le géant avait déjà percé la première ligne de défense, eux, ils devaient l'arrêter ! Le fils d'Aphrodite, Rufus Barma se retourna donc vers la cinquantaine de demi-dieux qui étaient sous ses ordres, et il finit par annoncer :

- Formez les rangs ! Épée devant ! Et que Tiché ne se fasse pas prier !

Rufus avait une chose précieuse qui l'aidait dans ses taches, c'est que, même dans des situations aussi critiques que celle là, il gardait un sens de l'humour. Tiché était la déesse de la chance. Rufus souriait et quelques rires se firent entendre, on poivait lire sur les visages la peur, mais aussi le courage et l'honneur.

L'armée de monstre arrivait, le géant Porphyrion n'était plus qu'à une vingtaine de mètres. Deux personnes arrivèrent à côté de Rufus. Un fils de Zeus et une fille d'Athéna. Ils regardaient Rufus en attendant une réponse, puis la fille d'Athéna commença :

- Nous nous battrons avec toi !

- Je le sais, Reim, Sheryl, vous êtes tout deux très fort.

Le jeune fils d'Aphrodite souriait toujours. Un lien très fort unissait les trois coéquipiers. Il passa la main dans ses cheveux long et rouges – et en bataille ! – puis il siffla avec ses deux doigts. Sheryl l'imita, mais elle sans les doigts. Dans les secondes qui suivirent, deux silhouettes noirs se dessinèrent dans le ciel, et en un « BOUM ! » elle s'écrasèrent sur le sol. Une chouette noir d'une envergure de plusieurs mètres s'était posé devant la fille d'Athéna ( pas étonnant vus que la chouette est le symbole de cette déesse ) et l'autre était un drôle de volatile avec un bec recoiurbé vers le bas, un dodo s'était posé devant Rufus. Pour ces deux derniers, aucune raison frappante n'était, Rufus avait rencontré ce dodo – qui lui aussi faisait plusieurs mètres d'envergure – et il l'avait apprivoisé. Les deux montèrent sur leurs montures volantes et regardèrent l'autre. Contrairement à Sheryl et Rufus, Reim avait les cheveux courts et il avait des lunettes. On l'aurai plus dit à sa place dans une bibliothèque, mais il était bel et bien sur le champs de bataille. En ne provoquant aucune surprise, il s'élança dans les airs et croisa les bras, comme si il disait a ses deux compagnons « alors, vous venez ? ». Les deux ne firents pas prier, et d'un mouvement d'ailes, ils s'élevèrent dans les airs.

Le géant était tout près, les trois jeunes pouvaient sentir l'air qu'il expirait – entre nous, qui ne sentait pas très bon –. Rufus sortit alors de sa cape un éventail et en un geste remplis de grace, il pointa l'armée qui arrivait. Un cri sortit des rangs des demi-dieux, et tous foncèrent vers l'armée. Le géant avait pris de plaine main la massue qui lui servait d'arme et alors qu'il allait balayer d'un coups de bras tout les demi-dieux, les trois qui volaient, Rufus, Sheryl et Reim foncèrent vers le géant. Rufus et Sheryl tout deux armés d'éventails et Reim lui, tenait dans sa main une sorte de lance... Mais au bout se tenait un crayon, oui, un crayon ! Il avait dut être taillé avec une précision inouis, car on pouvait voir sa pointe aussi pointu que celle d'un poignard !

Avec ces armes, Rufus et Shéryl lacéraient le géant – qui portait bien son nom car il devait faire au moins cinq mètres de haut – Porphyrion tandit que Reim s'amusait a lui planter sa pointe de crayon dans la peau. À un moment, Rufus essaya de une technique propre aux enfants d'Aphrodite : l'enjôlement ( dont qui fait obéir rien qu'avec un ordre ).

- Et le gros moche ! Retourne dans ta caverne ou tu ne pourra plus jamais y retourner !

- Tu crois vraiment que tes petits tours de passe-passe de demi-dieu vont te sauver ? Hahaha !

Ça n'avait pas marché ! Rufus avait déjà remarqué que sur certains individus, son don était innéficasse. Par exemple sur Sheryl. Car à plusieurs reprises il essaya de la conquérir – et oui, notre fils d'Aphrodite est amoureux ! – mais sans succès. Il essaya donc de l'enjôler, mais étant une fille d'Athéna ( la déesse de la sagesse et de la clairvoyance ), le résultat n'avait pas était plus fructueux...

Alors que Rufus se battait contre le géant, les autres demi-dieux se heurtaient aux monstres. Heureusement, ils étaient bien entrainé et l'armée des monstres diminuait alors que l'autre avançait. Rufus pensa voir plus de soldats... Ceux de la dernière ligne de défense les avaient-ils rejoins, voyant que la véritable bataille était ici ? Rufus était trop occupé avec Porphyrion pour aller voir.

Le sang du géant était doré, de l'«ichor», le sang des immortels. Les plaire infligés au géant se refermaient dès qu'elles étaient ouvertes, bien que le géant paraissait fatigué d'essayer d'attraper les trois, qui lui glissaient entre les doigts. Reim décida alors de passer à la vitesse superieur. Il sortit un revolver noir de sa veste et s'éloigna un peu du géant, vite immité par ses deux acolytes. Et quelques secondes plus tard, avant que le géant puisse leur faire part de son étonnement, un éclair jaillit quand le demi-dieux pressa la détente. L'éclair perça un trou dans la poitrine de Porphyrion. Pratique l'arme que Zeus avait offerte à son fils ! Rufus et Sheryl ne se firent pas attendre, sur leurs montures volantes, ils assainaient au géants des coups bien plis profond qu'avant. L'éventail de Rufus était toujours aiguisé, celui de Sheryl de même, contrairement à leurs apparence, c'était des armes très efficasse !

Après que le géant furent tombé à genoux, sous les coups des demi-dieux, et qu'il n'ai plus la force d'essayer de les attraper, Rufus décida d'en finir, car eux aussi fatiguaient. Sheryl avait des égratinures partout, à force de frôler la peau veunimeuse du géant, pareil pour Rufus, sauf qu'il avait était touché au bras gauche, où la chair ressortait. Reim quand à lui était d'un pâle fou ! La lévitation devait lui pomper une grande quantitée d'énergie, et il ne pourrai sans doute pas rester longtemps. Rufus replia son éventail et fit signe à ses coéquipiers de reculer. Puis il échangea un mystérieux regard avec le dodo et en un souffle, des flammes d'un noir pur apparurent. C'était du feu grecque, du feu qui pouvait bruler même dans l'eau et qui ne s'arrêtait que quand ce pourquoi il avait était appelé était détruit.

Rufus réouvrit son éventail, et les flammes s'y réfugièrent. Puis, il s'élança avec sa bête sur Porphyrion qui essaya de dire quelque chose, mais il n'en eu pas le temps. L'éventail atteigna son épaule et en même temps que l'éventail tranchait la chair, les flammes noors se libéraient. Et après quelques assauts pareils, il ne resta plus qu'un tas de cendres. Mais Rufus ne put admirer son travail, qu'il perdit connaissance.

Pendant ce temps, les autres demi-dieux encouragés par la victoire de leurs chef et ses deux compagnons redoublèrent leurs coups, et les monstres furent décimés... Malheureusement avec le pris de nombreuses vies...



Voilà voilà ! N'hésitez pas à dire ce que vous en pensez ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Quand j'ai sous la main un crayon et une feuille...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sälem la Main Leste
» SGU en Français !
» Quand un Kaleesh met la main sur un cafard de Kiffar [PV Darth Asius]
» On a arrêté de chercher les monstres sous notre lit quand nous avons réalisé qu'ils étaient à l'intérieur de nous. ? caly
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Détente :: Fanfics-